Archives 2010-2015

Lecture du mercredi 20 novembre 2013 à 20h30Le rêve d’un homme ridicule, de Fédor Dostoïevski

06 21 76 42 74  - gaeldm@orange.fr

Avec Jean-Paul Sermadiras, mise en lecture par Catherine Rétoré.

« Je suis un homme ridicule. Maintenant, ils disent que je suis fou. Ce serait une promotion, s’ils ne me trouvaient pas toujours aussi ridicule. Mais maintenant, je ne me fâche plus, maintenant je les aime tous, et même quand ils se moquent de moi… ». Lassé du monde, détourné du suicide par une rencontre fortuite, le héros de ce monologue imprécatoire plonge dans un profond sommeil. Son rêve le conduit alors vers un univers utopique, un double de la terre mais sans péché originel, un monde où les hommes vivent bons, libres et heureux. Et c’est l’occasion pour Dostoïevski de laisser libre cours à sa veine mystique, investissant son héros, de retour dans le quotidien des hommes après avoir touché de près l’idée du bonheur, d’une mission évangélique.


Lecture du mercredi 13 novembre 2013 à 20h30L’infini Borgès, Jorge Luis Borgès. D’après des nouvelles de Borgès, extraites de « Fictions », « Le rapport de Brodie », « Le livre de sable

Avec Xavier-Valéry Gauthier et Thierry Gibault.

photothierrygibaultsiteEcrivain argentin de prose et de poésie, ses essais et nouvelles sont considérés désormais comme des classiques du XXème siècle. Borges privilégie l’aspect fantastique du texte poétique, ce qui confère à ses textes un réalisme magique. Son travail est érudit et délibérément trompeur: au travers de fantastiques jeux de miroirs, d’énigmes vertigineuses, de voyages imaginaires dans les labyrinthes obsédants de la mémoire et du temps, ses récits balayent tout le champs de la spéculation humaine et traitent ainsi de la nature de l’infini, de la dérive de la réalité, de l’identité ou encore de l’ubiquité des choses. Ses textes évoquent des univers et des situations étranges dans lesquels il se plaît à cultiver son goût pour la concision, le paradoxes et les associations fulgurantes de mots qui lui sont propres comme « perplexes couloirs ». A partir de quelques extraits de ces principaux recueils de nouvelles, nous nous proposons de donner à entendre cet univers mystérieux et énigmatique qui faisait dire à Claude Mauriac: « Jorge Luis Borges est l’un des dix, peut être des cinq, auteurs modernes qu’il est essentiel d’avoir lus. Après l’avoir approché, nous ne sommes plus les mêmes. Notre visions des êtres et des choses a changé. Nous sommes plus intelligents. »


Lecture du mercredi 16 octobre 2013 20h30Hommage à Déborah Zrihen, Krishnamurti, Arnaud Desjardins, Swami Shivananda

Par Xavier-Valéry Gauthier

xvgphotositeAprès avoir été touchée une première fois par le cancer en 2004, Déborah a décidé de prendre soin d’elle et de sa santé. Ayant lu dans quelque article que des disciplines comme le yoga permettaient de mieux vivre la maladie et surtout de reprendre du dessus après avoir subi des traitements, elle a choisi le Yoga de l’école Satyananda. Grâce à cette discipline ancestrale, elle s’est ouverte à une spiritualité qu’elle avait en elle mais qui jusqu’alors était en sommeil. Ce qui l’a peu à peu conduite à lire des textes de différents maîtres, philosophes ou penseurs indiens mais aussi occidentaux, tels tes Krishnamurti, Arnaud Desjardins, Swami Shinananda Saraswati, ou bien encore dans un autre registre les livres de David Servan-Schreiber. Grâce à la pratique du yoga et à la lecture de ces différents écrits, elle a pu affronter la maladie une seconde fois avec calme et simplicité et accepter la mort avec une admirable sérénité. Ce sont des extraits des textes de ces penseurs que Xavier-Valéry Gauthier, qui a partagé dix ans de sa vie avec Déborah Zrihen et qui grâce à elle a connu ces auteurs, se propose de vous lire et de vous faire découvrir à son tour.


Lecture du 1er Juillet 2013 à 20hTu n’y croiras pas, de Flore Grimaud

Flore Grimaud3Jean Paul Sermadiras et Flore Grimaud

2 personnages: Histoire d’une passion que nous avons certainement tous connue. Croire en son rêve? Inaccessible.Celui de ce jeudi soir? Impossible.Et si ce rêve représentait une petite lueur dans un grand trou noir? Si le hasard rentrait en jeu? Mais peut on réellement parler de hasard?

***


Lecture du 16 mars 2012Le Rosifleur, de Patrick Rebeaud

le rosifeuravec Lionel Robert, mise en scène de Patrick Rebeaud

Un homme entre.Autour de lui, un plateau nu.L’homme n’a que faire de ce vide.Il y voit mille choses. Ses souvenirs ?Une balance de haute précision,un escalier aux marches minuscules,quelques crayons à mines,et surtout:Un Rosifeur en état de marche.Mais pour vivre une véritable histoire-c’est à dire une histoire d’amour-une femme doit entrer.Alors l’homme la voit.Et nous la voyons aussi,comme nous avons vu les objets,les meubles et les murs.

Et quand la femme d’un mètre soixante-sept est scientifiquement diminuée à la taille d’un doigt, et qu’elle parcourt la table,nous la suivons des yeux.

Plus de photos : http://www.facebook.com/media/set/?set=a.255140837907545.62927.201352386619724

***

***

***

***


Lecture du 8 févier 2012 : PROSES à la première personne, de Margerie Vaury

Avec Nathalie Bienaimé, Martine Chicot, Chloé Hollings, Fily Keita, Laura Langlois, Emmanuelle Lavaud. Mise en espace : Marie-France Lahore. Assistant :Hanif Badouraly. Percussions :Natacha Abensur

PROSES photo siteAVERTISSEMENT : Qu’il soit dit dans cet avertissement que votre rôle est primordial. Sans l’écho de votre voix, les personnages de ces proses ne peuvent prendre vie. Car vous allez être ce « je » et ce « moi » qui parcourent ces pages. Vous allez être cette première personne en voyage intérieur, menée sur des chemins déjà tracés pour elle. Oui, vous serez la voix qui redonnera vie aux personnages de ces monologues. Ils seront proches ou si loin de vous-même, mais vous vous y projetterez sans peine, car peu importe l’amorce ou la chute, le départ ou l’arrivée, la naissance ou la mort, seul compte le voyage.


Lecture du 18 Janvier 2012Cageot d’Asperges, de Michel Albertini

Ornella Boulé, Yves Arnault, Bertrand Marcos, Bruno Rochette, Laurent Spielvogel dans une mise en lecture de Jean-Paul Sermadiras

lecture cageot image siteDes flics travestis en secrétaires surveillent les ministères. Des gardes du corps, parfois, les sodomisent. En quête d’éternité et soumis au désir de bander quelques années de plus, des hommes politiques voyagent dans des pays étrangers, là où se pratique le commerce des bébés auxquels on prélève la moelle épinière afin de l’injecter dans des corps et des âmes usés par le pouvoir. « Cageot d’asperges » est le nom de code donné aux prostituées qu’on livre au palais du Président, pour que celui-ci, rajeuni par ces injections revigorantes, puisse exercer tous les outrages sur leurs  corps infantiles. Au cours d’une passe chez un ministre, une petite pute  surprend une conversation qui lui coûtera la vie. Le Président ne peut risquer d’être démasqué. Mais un être, si génétiquement modifié, est-il toujours celui pour lequel ses électeurs ont voté ?

Plus de photos : http://www.facebook.com/media/set/?set=a.219316651489964.55378.201352386619724


Lecture du 7 décembre 2011Petites histoires stupéfiantes, d’après Noëlle Renaude

Spectacle conçu et interprété par Jean Claude Bolle-Reddat. Mise en scène : Charly Marty. Création musicale :Etienne Perruchon. Création son :Mathieu Plantevin

C’est l’éternelle histoire du gars qui… -nous raconte des bouts de vie d’Alex Roux, Denis Lelièvre, sa mère, Clément Brunier, tante Mick, Prune Alexeiev, sa sœur, et plein d’autres qui ont en commun leur humanité, c’est à dire ce je ne sais quoi de valeureux et de lamentable -nous raconte, par là, sa désastreuse solitude.Question : Y-a-t’il MATIERE A RIRE ?Réponse : Y-EN-A.


Lecture du mercredi 2 février 2011Faut pas payer, de Dario Fo

FautPasPayeravec Jean-Claude Bolle-Reddat, Catherine Lenne,Lionel Robert, Patricia Thibault, Olivier Ythier dans une mise en lecture de Jean-Paul Sermadiras

Le coût de la vie augmente, les salaires, non, etpartout on licencie. Alors les pauvres se révoltent: les femmes se servent dans les supermarchés, les usagers des transports se couchent sur les voies.Peu leur échoit qu’advienne le chaos ou la révolution : ils n’ont rien à perdre…Entre la crise italienne des années 1970 et celle de la France des années 2000, n’y-a-t-il pas quelques similitudes ?Ouvriers à l’usine ou à domicile, ils ne gagnentpas assez pour vivre décemment. Les sciencessociales anglo-saxonnes ont forgé le concept de ‘working poors’ pour les désigner. Car la plupart ont encore du travail….


Lecture du mercredi 12 janvier 2011L’Énergie Créatrice, d’après Henri Bergson

Bergsonavec Thierry Gibault dans une mise en lecture de Jean-Paul Sermadiras.

Adaptation de textes d’Henri Bergson.

***

***

***

***

***


Lecture du Mercredi 1er décembre 2010 : Lettres à Madeleine, de Guillaume Apollinaire

Appolinaireavec Catherine Lenne et Pierre Jacquemont dans une mise en lecture de Pierre Jacquemont

Rencontre avec Laurence Campa une des plus grandes spécialistes de l’oeuvre d’Apollinaire.

***

***

***

***


Lecture du Mercredi 10 novembre 2010Obstinés par la nuit, de Marc Dugowson

obstinesavec Sophie Guiter, Marion Denis, Céline Le Coustumer, Mehdi Ahmane, Marc Bottiau, Jean-Paul Sermadiras et Xavier-Valéry Gauthier dans une mise en lecture de Xavier-Valéry Gauthier

Désirée, jeune mère toxicomane, vient chercher de l’aide auprès  de son ‘demi-frère de lait adoptif’, Maitre BoumBoum Rabinovitch Spoutnik, fakir forain dont l’attraction est sur le déclin, et de Marguerite, son épouse enceinte depuis 3 ans.

***

***


Lecture du Mardi 9 novembre 2010La Banalité du Mal, de Christine Brückner

compagnie photo site 3.jpgavec Patricia Thibault dans une mise en lecture de Jean-Paul Sermadiras

Ce texte méconnu en France, bien que de nombreuses fois représentés en Allemagne, nous plonge dans les derniers instants de vie d’Éva Hitler, plus connu sous le nom de Braun, bien qu’elle se soit marier au Führer 24 heures avant qu’elle ne se suicida avec lui.

***

***

***

***

***

***

***

***

***

***


Lecture du Mercredi 6 octobre 2010 : Journal en Miettes, de Eugène Ionesco

JournalEnMiettesavec Jean-Paul Sermadiras. Collaboration artistique: Catherine Rétoré

Récits de rêves, opinions, souvenirs, reflexions morales, notes sur la littérature : ce Journal en miettes n’est pas un journal habituel, où seraient consignés au jour le jour les évènements d’une vie. C’est en quelque sorte à une entreprise contraire que se livre Eugène Ionesco : raconter non pas chaque jour ce qui arrive, mais chaque jour ce qui n’arrive pas.Un homme cherche à surmonter la crise permanente qu’est la pensée de la vie et de la mort, à résoudre les interrogations, à triompher de l’angoisse, à y voir clair, et note ses obsessions, ses doutes et ses refus.


Lecture du Mercredi 2 juin 2010 : ‘Lignes d’ombre’ et autres poèmes, de Bruno Cany

BrunoCaniavec Bruno Cany dans une mise en lecture de Céline Tertre

C’est une poésie en prose ou en verset, débarrassée des carcans esthétiques qui l’ont enserré jusqu’à l’épuisement. C’est une poésie belle et simple comme un jour naissant, radieux et libre. C’est une poésie intuitive et réflexive, qui voit et nous fait voir : du Maestro jouant Brahms devant le mur de Berlin à cette jeune femme au fond de sa prison de Fleury Mérogis ; de ce chasseur de l’ère pré-glacière à l’étonnante image d’une femme se photographiant nue dans un miroir ancien. Puisant à la source du visible, jouant sur le clavier de l’évidence, ces poèmes, juxtaposant toutes les formes mentales de la parole, ouvrent sur notre monde de visions et d’idées.


Lecture du Mercredi 5 mai 2010 : Bardamu et Robinson… voyagent au bout de la nuit, d’après Céline

Barnabuavec Xavier-Valéry Gauthier

Bardamu, c’est Céline qui traverse la grande guerre en titubant, se demandant bien ce qu’il y fait… Robinson, c’est un curieux déserteur, hâbleur et désespéré… Ils se rencontrent par hasard au front, puis se séparent et se retrouvent tout au long d’un curieux voyage qui les mènera jusqu’au bout de la nuit…

***

***

***


Lecture du Mercredi 10 mars 2010 : La dernière leçon, de Noëlle Chatelet

DerniereLecon.jpgavec Catherine Rétoré, dans une mise en lecture de Gérald Chatelain

A la lecture de ‘La dernière leçon’ on se souvient de ‘la ballade de Narayama’ ce très beau film japonais d’Imamura…Jusqu’à la fin du 19ème siècle la coutume voulait que les habitants d’un village pauvre dans les hauteurs du Shinshù, arrivant à l’âge de 70 ans s’en aillent mourir volontairement au sommet de Narayama, la montagne des chênes. Là où se rassemblent les âmes des morts…

***

***

***

***

***

***

***

***


Lecture du Mercredi 3 février 2010Couple Ouvert à deux Battants, de Dario Fo

coa2b_site2.JPGAvec Catherine Lenne, Jean-Paul Sermadiras, Bastien Landréat et Olivier Ythier dans une mise en lecture de Jean-Paul Sermadiras et Olivier Ythier

Une comédie satirique drôle et vive qui décortique la traditionnelle scène de ménage, poussant jusqu’à la caricature l’hypocrisie du mâle, la rouerie de la femelle, la ruse des deux.Cette pièce traite de la condition du couple, une sorte de Feydeau ‘trash’. Ici, tous les coups sont permis…

***

***

***

***

***


Lecture du Mercredi 13 janvier 2010La destination, de David Thomas

destination_siteavec Catherine Rétoré, Jean-Claude Bolle-Reddat et Xavier-Valéry Gauthier dans une mise en lecture de Jean-Paul Sermadiras

Une petite gare de province déserte. Un couple qui attend un train pour Bar-le-Duc. Les trains arrivent, mais à chaque fois, de mystérieuses annonces, d’étranges incidents font qu’ils ne parviennent pas à les prendre. On leur joue un mauvais tour ? Mais qui ? Et pourquoi ? Ou est-ce leur imagination qui amplifie des aléas insignifiants ? Et parviendront-ils enfin à se rendre à destination ?Une histoire ordinaire qui tourne mal, ou comment des événements extérieurs à nous-mêmes peuvent avoir une incidence sur notre vie.

Voir toutes les photos

***

***


 

Voir plus d’archives : ici

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités